Cérémonie pour honorer Sarah, lauréate d’un concours de poésie

Mme Chevaillier, professeure de français, a invité sa classe de 4ème F à participer au concours « La poétique des nombres » proposé par l’association briochine
“Trois minutes papillon”. La règle du concours était d’écrire un poème sur les nombres en respectant la contrainte suivante : intégrer dans un poème n’excédant pas 24 lignes au moins cinq occurrences d’un nombre (un même nombre apparaît 5 fois au moins) ou au moins cinq nombres différents.
 Toute la classe s’est prêté au jeu en écrivant des poèmes très différents impliquant les nombres (sur les planètes, les montres…). Une petite dizaine d’élèves sont allés jusqu’au bout de l’écriture de leur texte dont Sarah R.Sarah a écrit un poème bouleversant sur le suicide à la manière d’une comptine et sa plume a été reconnue par le jury puisqu’elle fait partie des lauréats. Le concours était très sélectif : Sarah est la seule lauréate du département pour sa catégorie d’âge et au total le jury a retenu 16 lauréats sur 152 participants.

 Son poème a été salué lors de la remise des prix du concours le vendredi 18 février dans la salle des mariages de la mairie de Saint-Brieuc. Le jeudi 24 février au CDI, le collège a souhaité prolonger cette célébration en organisant une petite cérémonie au CDI pour honorer la jeune talent, Sarah R.Sarah a lu son texte devant les élèves de sa classe et plusieurs adultes dont Clotilde de Brito, l’une des créatrices du concours. Le collège lui a offert des livres, un carnet avec des illustrations de Klimt, un stylo et une carte cadeau. Félicitations à Sarah et belle route à elle dans l’univers de l’écriture. Merci à Mme Chevaillier de s’être emparée de ce concours pour les élèves de 4F. 

______________________________________________________

Le poème de Sarah :
Elle est là, mais on ne la voit pas
Elle nous parle, mais on ne l’entend pas
Ses boutons et ses kilos nous donnent la nausée…
Bien qu’elle essaie simplement de se faire aimer…
1,2,3, trois traits sur ces bras…4,5,6, six heures avant la fin de ce leurre
7,8,9, neuf personnes l’ont haïe
10,11,12, douze personnes qu’elle oublie.
Ses parents, son amie, ses frères et sa sœur…
13,14,15 quinze années de vie,
Il n’y en aura pas de seizième…
Elle sautera dans le vide, ses larmes perlant sur son visage…
Et revoyant chaque seconde du temps passé
Ne voulant pas oublier, ne voulant pas regretter…
Elle se l’est promis!
Pas de larmes, pas de pleurs, pas de peurs…
Simplement cette unique douleur, et un dernier sourire.
16,17,18, les dix-huit ans qu’elle ne pourra jamais voir
Mais il est trop tard, pour y penser…
Elle la sent arriver, la chute décisive…
Elle avait ce besoin maladif, de ne plus entendre les battements de son cœur
19,20,21, la vie et la mort…
Ne font plus qu’un
C’est la fin.
Sarah R. 

           Sarah lit son poème

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DSC_0675-1-1024x578.jpg.

M. Lorvellec, le professeur principal de 4F, prêt à remettre un paquet cadeau à Sarah

Cérémonie à la mairie

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.